INTERVIEW avec Kristine Sutherland alias Joyce Summers dans Buffy !

Lors du fanmeet Slay The Vampires Again de CloudsCon, ayant eu lieu à Paris le 3 Novembre, nous avons eu la chance de pouvoir interviewer Kristine Sutherland. Nous lui avons poser quelques questions sur la série mais également sur son personnage de Joyce Summers, la célèbre maman de la tueuse de vampires.

Retour sur la série Buffy avec Kristine Sutherland !

Buffy est une des séries télé la plus iconique, comment expliquez-vous ce succès?

Vous savez c’est dur, car cette série peut être expliqué par une multitude d’angles . Quand j’ai été casté pour la série, je n’avais pas d’attentes. Il y avait beaucoup de nouvelles séries. Le pourcentage d’entre elles qui devenait quelque chose, ne serait-ce qu’un petit succès qui dépassait plus d’une saison était rare, donc je n’avais pas du tout d’attente.

Cependant,  le premier jour de tournage, je me souviens avoir pensé « C’est quelque chose de vraiment spécial » donc j’avais  ce sentiment par rapport à l’énergie sur le plateau,le script, tout me donnait l’impression que cela allait être quelque chose.Donc quand cela s’est avéré être vrai, je n’étais pas si surprise car je pensais déjà que c’était très bien et je ne pouvais pas imaginer que d’autres gens penseraient autrement. Et c’était fabuleux.

J’ai toujours été une très grande fan de la série, mais je pense que les raisons de ce succès, c’est que Joss Whedon (ndlr: le créateur de la série) était quelqu’un qui n’entrait pas dans les cases. Ainsi, il a écrit et crée cette série sur pleins de niveaux différents. D’une part, c’était une série qui ne rentrait pas dans les cases à propos de gens qui ne rentraient pas dans les cases. Donc ces personnes, qui sont au final la plupart d’entre nous, pouvaient vraiment s’identifier à ce qu’ils ressentaient vraiment. Cela s’opposait aux séries précédentes, où tout était bien et tous les gens étaient beaux et on ne voyait que la surface.

Dans Buffy, on explorait vraiment ce que c’était être un adolescent. Par exemple, lorsqu’Angel se sépare en deux parties et qu’il est à la fois un amoureux passionné mais ensuite qu’il perd son âme. Il est vraiment partagé en deux. Et je me souviens m’être dit « Oh mon dieu, je me rappelle lorsque ça m’est arrivé » des décennies avant, mais cela m’a fait ressentir les mêmes sentiments. Joss écrivait pour différents niveaux d’âges. Au début, on pouvait penser que c’était seulement une série pour adolescents mais il y a beaucoup plus. Il parlait du pouvoir des jeunes femmes, ce qui était très avant-gardiste à l’époque.

Justement, de par les sujets abordés par la série, notamment au niveau des personnages :une mère célibataire, une femme lesbienne et un personnage principale féminine et badass, Buffy semble être très en avance sur son temps. Pensez-vous que la série Buffy ait pu influencer d’autres séries télés ?

Oui je pense. Je me souviens l’année dernière, je regardais quels films et séries étaient sortis et c’était fou le nombre de séries à propos femmes. Ce n’était pas comme ça à l’époque.

Le personnage de Joyce Summer

Vous avez dit dans une interview, mais également lors de votre panel, que vous saviez que votre personnage allait mourir. Cependant, vous ne saviez pas comment cela allait se passer. Alors, êtes-vous satisfaite, si on peut dire ça, de la manière dont Joyce Summers est morte ?


Absolument,je trouve que cela s’est passé parfaitement. C’est vraiment important qu’elle soit morte de façon naturelle. C’est très important qu’elle soit morte de quelque chose sur lequel Buffy n’avait aucun pouvoir. Elle ne pouvait rien faire.

« Buffy peut sauver le monde, mais elle ne peut pas sauver sa mère. »

C’est triste.

Oui, ça brise le cœur. Mais c’est un arc de la série intéressant. Peu importe notre âge, quand on perd un parent, c’est comme si toute la vie n’était plus la même.On doit grandir d’une façon…

Cette scène était très intense et frappante. Comment vous êtes-vous sentie quand vous l’avez vu à l’écran ?

J’ai perdu mon père lorsque j’avais 20 ans. Donc cette scène m’a fait ressentir beaucoup de peine. Elle m’a frappé directement là (NB : au cœur) et cela m’a ramené à ce moment où j’avais perdu mon père. Et ça a complétement ouvert cette blessure mais d’une bonne façon. Vous savez à un moment dans le deuil, c’est important de sentir cette perte. Parce que vous ne voulez pas toujours oublier ce que c’était quand cela s’est passé.

Mais étrangement, je suis une grande fan de la série donc je n’ai pas pensé « oh je suis morte ». Vous savez, je me suis juste sentie faire partie entièrement de cette série. C’était merveilleux de voir comment le groupe travaillait ensemble et a surmonté ça. Pour la plupart d’entre nous c’était la première fois. Et le discours d’Emma Caulfield (Anya Jenkins), c’était whoa. Je me souviens m’être dit que son speech était tellement brillant, et qu’elle l’avait dit d’une façon parfaite.

Et je me suis complètement identifiée au personnage de Willow, qui ne savait pas quoi porter. Est-ce qu’elle pouvait porter cette chemise bleue que Joyce aimait tant ? Elle était tellement perdue, pas seulement à cause de cette chemise mais aussi sur le fait de savoir si c’était la bonne tenue à mettre ou non. Je pense que c’est très dur de surmonter une perte quand on est très jeune. Et Joss Whedon a très bien capturé ces moments. Donc je pense que c’était une des scènes les plus épatantes de la série.

Au début de la série, votre personnage tombe amoureuse d’un robot. Puis dans la saison 3, sous l’effet d’un sort, elle se retrouve avec Giles. Auriez-vous aimé que Joyce puisse avoir une vraie relation amoureuse ?

Oui. Avec l’homme qu’elle a rencontré avant de mourir ? – Oui, j’aurais aimé rencontré l’homme qui l’a rendue si heureuse. Car elle était vraiment très heureuse après ce rendez-vous. Mais, je pense que j’ai dû faire des compromis par rapport au fait que mon personnage n’allait pas être développé de la manière dont j’aurais aimé qu’elle le soit.

En effet, Joyce travaille dans une galerie, elle avait une vie personnelle très intéressante et cela n’a jamais été vraiment développé dans la série. Mais comme je l’ai dit, je comprends que mon travail était d’être LA mère. Et, vous savez, avant d’être plus vieux, on ne considère pas vraiment sa mère comme un être humain à part entière, c’est seulement notre mère lorsqu’on est enfant ! Donc j’aurais aimé qu’il y est ses choses mais je comprends aussi que le show n’avait pas besoin de ça. Ce n’était pas la raison de ma présence.

Donc justement, si vous pouviez changer quelques chose de votre personnage, qu’est-ce que ce serait et pourquoi ? Aimeriez-vous justement qu’on en sache plus sur son passé ? Ses relations ?

Cela va vous paraitre vraiment fou mais… J’ai souvent pensé à mes costumes. Et j’ai toujours trouvé qu’ils étaient trop « conservative ».Cela aurait pu être mieux car ça ne correspondait pas à quelqu’un qui tient une galerie d’art. Mais étrangement, Joss ne le voyait pas comme ça, il voulait vraiment un modèle de mère universelle. – Surement pour que les personnes puissent la reconnaitre. –  Ouais je pense que c’est ça. C’est plus facilement accessible pour tout le monde.

Un reboot Buffy ?

Nous avons évoqué ce matin la possibilité d’un reboot Buffy. Si Joss Whedon vous invite à en faire partie, est ce que vous accepteriez ?


Oh j’adorerais faire partie du reboot. Travailler avec lui,je ne dirais jamais non. Mais je ne sais pas du tout ce qu’il pourrait faire de moi.  Je pense qu’il veut repartir à zéro, nous verrons, mais j’ai hâte d’en savoir plus à ce propos !

Rédacteur

Wankydays
Wankydays
"L'essentiel dans la vie c'est de se tourner vers ce qui nous fait du bien"
Pour moi : une bonne série, de la wifi et c'est parti !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.